Le logiciel UFOcapture

 

Rendons à César ce qui appartient à César…

Mon intérêt initial pour le logiciel vendu sur http://sonotaco.com/e_index.html a pour origine un post de Nemrod34 dont le but était d’illustrer les confusions possibles avec des évènements naturels.

 

En fait le soft UFOcapture, disponible sur le site précédemment indiqué, porte un nom légèrement ambigu, car son utilisation est plutôt destinée à capturer des événements célestes de type chutes de météores et bolides, passages et entrées atmosphérique de satellites, sprites, flash iridium, etc. Quoique dans les exemples disponibles sur le site figure un petit film d'un événement apparemment inexpliqué par l'auteur du logiciel. Il s'agit de l'avant-dernier film présenté sur la page de ce lien : http://sonotaco.com/sample/etc/e_index.html . C'était déjà largement assez intrigant pour susciter immédiatement mon intérêt !

 

Rien n'empêche non plus son utilisation terrestre à des fins de surveillance discrète par exemple (Votre voisine d’en face ? Non n’y pensez même pas ! C’est interdit.)

 

La période d'évaluation gratuite porte sur une durée d'un mois. Très bonne initiative car le client hypothétique a donc le temps pour étudier le logiciel sous tous ses angles. Toutes les fonctionnalités étant pleinement actives et opérationnelles pendant un mois, on peut donc explorer tout son potentiel avant de décider l’achat.

 

D'autres programmes complémentaires sont disponibles gratuitement en téléchargement sur le site. L'un d'entre eux UFOAnalyzerV2 permet d'analyser un événement céleste en termes de coordonnées, vitesse angulaire, provenance (direction), magnitude. Un autre logiciel gratuit dénommé UFOOrbitV2 est également disponible. Je n'ai pas encore abordé son fonctionnement et ses possibilités. Des cartes téléchargeables (dont l’Europe) sont également mises à la disposition et sont nécessaires pour le bon fonctionnement d’UFOAnalyserV2.

 

Mais il est temps d'entrer dans le vif du sujet, et de voir de façon succincte comment fonctionne ce logiciel. Son principe de base est assez simple. Il est similaire à beaucoup de logiciels destinés aux webcams. Le programme détecte tout mouvement ou changement important de luminosité et enregistre dès lors ce qui se passe sur le disque de votre ordinateur.

 

On peut d’ailleurs paramétrer la durée à enregistrer avant et après l’événement proprement dit. Mes premiers tests de jour avec une simple caméra analogique 8 millimètres avaient donné d'excellents résultats. J'ai maintenant une belle collection de passages de moineaux devant ma maison ! De plus chaque enregistrement est automatiquement archivé dans un sous-dossier par année puis classé par jour d’enregistrement. Exemple tous les enregistrements de la journée du 14 Juillet 2008 seront contenus dans le dossier : 20080714 lui même étant un sous-dossier de lannée 2008 (dossier 2008)

 

Mais ses spécificités (et sa complexité !) résident dans des options qui permettent de discriminer certains événements en termes de taille d'objet, de luminosité, de scintillements (étoiles).

Il est également possible de masquer une partie du paysage figurant dans le champ de la caméra afin que nulle détection dans cette zone ne vienne perturber le fonctionnement du logiciel. Exemple : un arbre, dont le feuillage s'agite au vent, engendrerait un enregistrement intempestif de la part du logiciel. En masquant la zone du feuillage je peux donc interdire au programme de lancer la procédure d'enregistrement à cause du mouvement des feuilles. Idem pour une zone commerciale, avec ses néons publicitaires clignotants, par exemple.

 

Le logiciel autorise également l’utilisation de presque tous les codecs de compression qui sont installés sur l’ordinateur ainsi que l’enregistrement sonore en cas de couplage de la caméra à un micro.

 

En mode « replay » (visionnage) un rectangle rouge encadre la zone où c’est passé l’événement pendant qu’un tracé bleu fluo repére la trajectoire de « l’objet » en mouvement .

 

 

 

Exemple ci dessus deux avions de lignes traversant le champ de détection.

 

Une alerte sonore et même un exécutable de type .bat peuvent être déclenché après une détection. Un mail contenant une image de l’événement peut également être envoyé à une adresse. Le top : un fichier vidéo peut aussi être automatiquement transféré par FTP.

 

Non ce logiciel ne fait pas en plus le café… Et il a malheureusement un GROS défaut : son prix ! L’auteur a bien compris que c’est le seul logiciel dédié spécialement à ce type de détection disponible (au monde), et le prix s’en ressent .

Il m’a fallut débourser 111 Euros pour l’achat de la licence (gulps !). Mais il est vrai que toute peine mérite salaire. Et il faut avouer que son logiciel est vraiment complet. Bref : du très bon boulot…

 

 

***

 

ACHATS et TESTS

 

Vous aurez compris que l’utilisation de ce logiciel avec tout son potentiel, sur le thème qui nous intéresse, n'est effectif qu'après l'achat d'une caméra de vision nocturne. Il est aussi utile de préciser qu’il faut avoir une carte ou un boîtier d’acquisition analogique et/ou composite couplé au PC.

Comme j’avais eu besoin de çà ci dessus (boîtier Dazzle de chez Pinnacle)  il y a 1 an pour numériser mes vieilles K7 de caméscope 8mm, cela ne m’a pas occasionné de dépense supplémentaire de ce côté. 

Étant tout à fait néophyte il y a quelques semaines encore, c'est bien normalement que j'ai posé ma première question, sur ce sujet précis, directement à l'auteur du logiciel, en l'occurrence (j'avais oublié de le mentionner) un japonais qui dialogue dans un anglais parfait (ce qui est loin d'être mon cas).

C'est donc fort de son expérience et de ses conseils que je décidais de me mettre à la recherche du matériel recommandé. Une fois de plus Internet (loué soit son nom !) m'a permis de trouver rapidement mon bonheur aux États-Unis à un prix très intéressant suivant le détail ci après.

 

http://www.spytown.com/y12x6a-ye2.html  = 55$

 

http://www.spytown.com/gewaululhire.html = 328 $

 

+ Un transformateur 12 V – 220 V pour l’alimentation de la camera. = 29$

 

Livraison express assurée : 45$

 

Soit un total de : 328 + 55 + 29 + 45 = 457 $

 

1 camera :  Watec WAT902H2ULTIMATE CCIR (50 Hz.) version for use in France

1 lens :       Fujinon lens, typeYV27X29LR4D

1 power supply :            WATAD901220VDC

1 EMS shipping fees :    USPS Express mail Service

 

Dans le même temps j'achetais par Ebay, auprès d'un vendeur de Hong Kong, un câble de 31 mètres de long pourvu de tous les connecteurs nécessaires (alimentation de type Jack  plus deux connecteurs mâle mâle de type RCA)

 

Quelques tribulations plus tard (dont un coup de fil des services douaniers de chronopost et un surplus de 73 € pour cause de TVA et de frais de dossier) je recevais le colis tant attendu.

 

Pas de chance : la sortie vidéo à l'arrière de la caméra est de type BNC (alors que je m'attendais à du RCA beaucoup plus commun en Europe). Aussitôt direction Ebay pour un adaptateur que je reçois (pour 5 € frais de port compris), deux jours plus tard.

 

Ouf ! Comme un môme à la veille de Noël, je monte le tout (objectif plus caméra) afin de tester au plus vite le résultat dans mon bureau. Premier résultat : que de la « neige » sur l'écran. Argh ! L'espace d'un instant la possibilité d'avoir reçu du matériel défectueux ombrage mon esprit. Mais quelques minutes plus tard, sans avoir trop consulté la notice (uniquement en anglais et en japonais), après quelques tripotages d'interrupteurs miniatures à l'arrière de la caméra : miracle !

 

 

 

 

 

Simplement éclairé par l'écran de mon PC, la caméra est capable de filmer l'intérieur de la pièce comme en plein jour. Puis voici ENFIN (13/07/2008 – 22h30) le test de nuit en plein air mais avec un ciel bouché de chez bouché.

 

N’oubliez pas, n’oubliez JAMAIS, petits veinards habitants du Sud, LA CHANCE que vous avez !

 

(Oui Mike cela s'adresse AUSSI à toi.)

 

Mais trêve de considérations « géo-psychologiques ». Le test du matériel « hard » est concluant à 100 %. Par l’œil de la caméra, en plein crépuscule grisâtre, on voit dehors comme en plein jour (oui un jour gris évidemment ! )

 

Donc, pour cause de météo capricieuse, la seule capture possible fut un avion allumant ses phares en pénétrant dans la couche nuageuse.

Une petite vidéo bien sympa quand même pour un 1er essai de capture nocturne !

  

Le lendemain soir un ciel bien dégagé est au rendez-vous pour tester la sensibilité de la caméra sur des étoiles. Je suis tout de suite bluffé !

 

Le champ de vision, et donc de détection, est très étendu. Et encore n’ais-je pas poussé l’optique dans sa limite grand angle à cause des déformations désagréables sur les lignes droites (qui apparaissent courbées si on augmente trop le champ, comme sur la première photo de ce dossier prise dans mon bureau). Ceci est un choix cornélien : soit on déforme légèrement l’image, soit on réduit le champ de détection (avec le risque de louper un événement hors champ). Il faut donc essayer, par des réglages, d’arriver à un bon compromis entre les deux.

 

 

 

****

 

MON DIEU ! C’est plein d’étoiles !…  

(2001 l’odyssée de l’espace)

 

 

Je suis scotché, car sur mon écran j’arrive nettement à distinguer deux constellations bien connues : le Cygne (avec Deneb et Albiréo) et la Lyre (avec la lumineuse Vega).

 

L’image ne rend pas vraiment bien… Rendez-vous ici  pour la visualiser un peu mieux . Ensuite pas de temps mort ! Car à mon étonnement le logiciel commence à capturer assez rapidement un premier météore !  

 

Puis un 2ème

 

et enfin un 3ème  un peu plus tard (pendant que je dormais profondément)

 

Pas très impressionnant certes (excusez la qualité : j’ai fais rapidos pour ceux qui, comme moi, n’ont pas l’ ADSL 8megas !) , mais çà prouve cependant que l’installation est opérationnelle en conditions nocturnes.

Et je ne vous dis pas les étoiles filantes que j’ai loupé pendant les réglages alors que la détection était inactive. Zut !

 

 

 

 

 

 

LE MATÉRIEL OPTIQUE

Vue générale : l’ensemble caméra plus bloc optique une

fois assemblé est vraiment minuscule !

Voici maintenant une présentation sommaire, par l'image, de la caméra, du bloc optique monté dessus et des différentes options de réglages possibles par le biais de micro interrupteurs et autres potentiomètres miniatures.

 

1 : Connecteur femelle destiné au branchement du câble de l’Iris automatique du bloc optique Fujinon (typeYV27X29LR4D)

2 : potentiomètre de réglage de l’iris (sensibilité à la lumière)

3 : Réglage de la netteté du bloc optique

4 : Réglage de l’angle de vision

 

1 : Connecteur mâle de type BNC (adaptateur nécessaire pour convertir en RCA) sortie composite

2 : Commutateur de correction gamma (ou facteur de contraste). Permet également de jouer sur la luminosité captée

3 : Prise jack femelle pour alimentation 12V

4 : Commutateur de sensibilité à la lumière

5 : Manual Gain control : permet d’ajuster le « bruit » de l’image en fonction de la luminosité de l’environnement

1 : Deux commutateurs ON/OFF destinés aux réglages nécessaires en cas de contre jour.

2 : Commutateur ON/OFF destiné à basculer en mode manuel ou en mode automatique la vitesse d’obturation. En mode ON c’est le mode manuel qui est actif.

Par défaut, en mode auto (position OFF) pour ce capteur de type  1/50 eme de seconde

3 : Rotacteur de sélection permettant de régler la vitesse d’obturation manuellement (soit une plage de sélection allant de 1/120 ème de seconde jusqu'à 1/100000 ème !!!)

 

 

 *** 

 

Montage et aspect global

 

 

                                     

La camera sans le bloc optique. Le capteur est clairement visible au centre. A l’arrière plan la notice et l’adaptateur BNC - RCA Après montage (corps fileté) du bloc optique, trois minuscules vis six pans creux servent à aligner finement l’axe de l’optique avec le capteur CCD. La clef est fournie avec la caméra
Le connecteur mâle de l’Iris automatique du bloc optique peut être branché Puis l’adaptateur BNC - RCA
Des vis moletées permettent de bloquer les bagues de réglages (netteté et angle) du bloc optique. Deux trous taraudés au pas dit « Kodak » (format américain) situés au dessus et en dessous de la camera permettent de fixer le tout sur un simple pied d’appareil photo

Cliquez ICI pour un accès aux vidéos

de la nuit du 15 au 16 Juillet

 

Une prochaine étape sera la confection d’un boîtier étanche à la pluie équipé d’un dôme transparent afin de pouvoir capter en mode grand angulaire.

 

Même si pour l’instant la phase de tests continue, je suis FIN PRÊT pour la prochaine opération « SURICATE » avec vidéos à l’appui (j’espère !)

 

 

That’s All Folks !…

 

Odin57